Ces cinq Altiligériens vont porter la flamme olympique

, Ces cinq Altiligériens vont porter la flamme olympique

Près de 11.000 personnes vont se relayer à travers tout le pays (territoires d’outre-mer compris), du 8 mai jusqu’au 26 juillet, pour porter la flamme olympique jusqu’à Paris, théâtre des JO 2024. Parmi elles, cinq Altiligériens : Émilie Lacombrade, Abiba Makboul, Marie-Noëlle Rey, Baptiste Dance et Maxime Alex. Qui sont-ils ? L’heure est aux présentations !

Abiba Makboul : « Promouvoir le basket paradapté »

Du haut de son mètre quatre-vingt-cinq, Abiba Makboul est une grande figure du bénévolat sportif, en Haute-Loire., Ces cinq Altiligériens vont porter la flamme olympique
L’ancienne joueuse du Cop basket qui n’a plus pratiqué depuis le coup d’arrêt brutal du club (en 2005), continue à fouler le parquet du gymnase de Saint-Paulien, avec sa casquette de responsable de la section de para-basket adapté, au sein du club des Portes d’Auvergne. Une section dont la création a notamment été impulsée par la basketteuse. Pleinement investie, cette éducatrice de l’Adapei qui s’est vue décerner le trophée de coach-entraîneur bénévole en octobre dernier, a été choisie pour porter la flamme olympique. Sa candidature, proposée par la Caisse d’épargne d’Auvergne et du Limousin (Cepal), a été retenue, à sa grande surprise. « Figurer parmi les 11.000 relayeurs, c’était pour moi chose inaccessible », confiait-elle, à l’occasion de la cérémonie des vœux du Comité départemental olympique et sportif de la Haute-Loire (Cdos 43). Mais Abiba Makboul sera bien de ceux qui représenteront la Haute-Loire sur le parcours de la flamme. « Une fierté », mais aussi et surtout une belle occasion pour la coach des Indiens « de promouvoir le basket paradapté », le 21 juin prochain, à Vichy. « Cette flamme, tous les basketteurs vont la porter avec moi. Elle s’allume aujourd’hui, mais elle n’est pas près de s’éteindre », garantit-elle.

Marie-Noëlle Rey, cette éclaireuse de tous les jours qui « ose » la vie

Quand elle a appris que sa candidature, portée par la Caisse d’épargne, avait été retenue, Marie-Noëlle Rey a été « surprise », confie-t-elle. « Je ne me suis pas sentie légitime et je me suis demandé : pourquoi moi ? » Et pourquoi pas ?, Ces cinq Altiligériens vont porter la flamme olympique
Cette « ancienne du Cop », il est vrai, ne pratique plus le basket – elle fait « beaucoup de randos et de vélo » à la place. Elle n’est pas non plus dans le bénévolat sportif. Son truc à Marie-Noëlle Rey, c’est plutôt l’économie. Un domaine dans lequel elle s’investit sans retenue.
Des casquettes, la Vellave en a des tas. Elle est tout à la fois secrétaire générale du groupe FK, spécialisé dans les travaux d’aménagement intérieur (et plus connu sous le nom de Peretti), dirigeante de la société K-Dix qui aide les entreprises à faire évoluer leur modèle de management, membre des conseils d’administration de la Caisse d’épargne et de l’Asea (Association de sauvegarde de l’enfant à l’adulte) ou encore bénévole au service des 100.000 entrepreneurs, association qui s’emploie à transmettre l’envie d’entreprendre aux jeunes.
Derrière ces intitulés de poste, se cache « une femme dans l’action », allérgique aux « y’a qu’à, faut qu’on ! », convaincue que le travail est la clé de l’épanouissement. « Dans notre société, renchérit-elle, il est devenu un gros mot, mais il donne du sens à notre existence, apporte confiance en soi. Il nous permet de nous relever, de nous reconstruire ». Marie-Noëlle Rey parle d’expérience. Elle est une veuve, « une victime invisible », à qui une douloureuse épreuve a inspiré un précepte qu’elle suit et partage au quotidien avec qui veut l’entendre : « Il faut oser », répète-t-elle à cor et à cri. Oser la vie, oser « faire des projets », des choix, comme celui de postuler au poste de porteur de la flamme olympique… C’est ce message d’espoir et d’humanité que cette entrepreneuse en perpétuel mouvement relaiera sur quelques centaines de mètres, le 21 juin, à Vichy. 

Maxime Alex escortera la flamme dans sa traversée de la Loire

Maxime Alex, lui aussi, aura « l’immense honneur et la fierté » de porter la flamme olympique. Ce passionné d’athlétisme l’escortera dans sa traversée du département de la Loire, le 22 juin prochain., Ces cinq Altiligériens vont porter la flamme olympique
Gérant de Natur running, magasin ponot spécialisé dans la vente d’équipements pour le running et la randonnée, Maxime Alex a été le premier surpris d’apprendre que la Banque populaire (un des parrains des éclaireurs, avec la Caisse d’épargne) avait proposé sa candidature. Mais c’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’il accomplira la mission qui lui a été confiée, lui qui a « passé du temps à regarder les JO à la télévision ». Le commerçant ponot, coorganisateur de la Corrida, dont la vie a toujours été « guidée par le sport », s’attachera, le 22 juin, à véhiculer les valeurs qui ont forgé son identité, à savoir « le dépassement de soi et la persévérance ». « Je ne remercierai jamais assez le sport, renchérit-il sur sa page Facebook, qui a su me faire vivre de sacrées émotions et m’a permis de devenir l’homme que je suis aujourd’hui ».

Baptiste Dance, le trois-quarts-aile du COP a joué la carte de l’humour

Trois-quarts-aile au CO Le Puy et salarié du comité départemental de rugby, Baptiste Dance a été choisi pour représenter le Mouvement sportif pour l’ensemble de la région Auvergne-Rhône-Alpes., Ces cinq Altiligériens vont porter la flamme olympique
Baptiste Dance a joué la carte de l’humour au moment de présenter sa candidature pour devenir porteur de la flamme olympique. « Je me suis dit que tout le monde devait envoyer les mêmes choses donc j’ai essayé de me distinguer », sourit le natif de Monistrol-sur-Loire.
Après la réception de cette lettre et un échange de mails, le Mouvement sportif de la région Auvergne-Rhône-Alpes a finalement décidé de retenir sa candidature. « On me l’a appris par texto. J’étais très content et surtout excité à l’idée de vivre cette nouvelle expérience », confie le rugbyman de 24 ans. 
Le domaine de Baptiste Dance, c’est plutôt le ballon ovale. C’est ce qui l’a amené à quitter l’est du département pour rejoindre le CO Le Puy dès ses 17 ans. Il fait toujours partie de l’effectif rouge et noir. L’ailier est même l’un des meilleurs marqueurs de l’effectif ponot pour sa première saison en Fédérale 2. 
Il reconnaît suivre les Jeux olympiques d’un peu loin mais y voit une opportunité de « découvrir la compétition ». Cependant, pour l’heure, il ne sait toujours pas où ni quand il portera la flamme olympique…

Émilie Lacombrade :  « Mettre en valeur le territoire »

Être choisie, Émilie Lacombrade, originaire de Fontannes, ne s’y attendait pas., Ces cinq Altiligériens vont porter la flamme olympique
Il y a plusieurs mois, elle postule pour porter la flamme. À la question « Pourquoi vous ? », elle parle de son association Correspondances solidaires. « J’ai raconté que le but du jeu était de sortir les personnes âgées de leur isolement, tous les projets que nous avons mis en place… J’ai aussi dit que je voulais mettre en valeur le territoire. »
Son argumentaire fait mouche. Elle est d’abord présélectionnée puis officiellement choisie. « Pour moi, c’est l’occasion de mettre tout le monde en avant : les membres de mon association, les Ehpad qui nous ont accueillis… »

La rédaction

chantiers-benevoles-al.com est une plateforme d’information qui regroupe des nouvelles publiées sur le web dont le thème central est « Chantiers de bénévoles – Alpes ». chantiers-benevoles-al.com vous a préparé cet article qui traite du sujet « Chantiers de bénévoles – Alpes ». Ce texte a été reproduit de la façon la plus honnête que possible. Vous avez la possibilité d’utiliser les coordonnées présentées sur notre site web dans l’objectif d’indiquer des précisions sur cet article traitant du thème « Chantiers de bénévoles – Alpes ». Restez connecté sur notre site chantiers-benevoles-al.com et nos réseaux sociaux dans le but d’être renseigné des futures annonces.