« Lever les freins à l’engagement » : un collectif invente le bénévolat ponctuel le samedi, une première en France

, « Lever les freins à l’engagement » : un collectif invente le bénévolat ponctuel le samedi, une première en France
, « Lever les freins à l’engagement » : un collectif invente le bénévolat ponctuel le samedi, une première en France

Donner trois heures de son temps pour aider des associations bénévolement le samedi matin, le collectif « Samedi bien » lance samedi 3 février un rituel de l’engagement citoyen à Marseille une initiative unique en France.

Passez un bon moment en vous rendant utile, ça vous dit ? C’est l’initiative proposée le samedi 3 février par le collectif « Samedi bien », créé en novembre dernier par les associations Benenova, La Fabrique du nous, Sista4good, et Pro bono Lab. Une première à Marseille, et en France. 

Ces associations proposent déjà des missions de bénévolat à l’année. L’originalité de la démarche, c’est de « répondre au besoin des personnes qui ont envie de s’engager à Marseille en dehors de la semaine, et surtout en famille ou entre amis », explique Mathilde Thibaut a co-fondatrice avec Lucile Vinet de l’antenne marseillaise de Benenova, une association déjà présente depuis 10 ans dans d’autres villes françaises. A l’année, cette plateforme en ligne met en lien des associations en recherche de bénévoles et des bonnes volontés qui ne demandent qu’à aider. 

Le collectif veut « créer un rituel d’engagement collectif », tous les premiers samedis du mois, de 9 heures à midi, en proposant des missions dans chaque arrondissement de Marseille. Une belle idée de partage alors que l’on célèbre ce 1ᵉʳ février le 70ᵉ anniversaire de l’appel de l’Abbé Pierre.

Et les Marseillais répondent présents. En à peine un mois, les 100 places proposées ont trouvé preneurs et il a fallu en ajouter 20 supplémentaires. « C’était un pari et je suis très heureuse », confie Mathilde. Preuve qu’il existe une réelle envie des Marseillais de pouvoir s’engager le week-end, surtout sur des projets en famille et entre amis. « Le projet plaît bien parce qu’on y met de la joie et de la convivialité », note-t-elle.

Parmi les missions proposées pour ce premier « samedi bien » : ramasser des déchets autour du Mucem, trier des fruits et légumes invendus, aller à la rencontre des personnes qui vivent à la rue, repeindre l’auberge de jeunesse marseillaise qui accueille des femmes et des enfants en situation de précarité, partager des jeux et lecture avec les pensionnaires d’un ehpad, etc. La moitié des missions sont déjà menées à l’année par les associations, pour le reste, ce sont des initiatives très ponctuelles montées spécialement pour « Samedi bien » pour donner « un coup de pouce ».

Sur la plateforme, on peut choisir une mission par rapport aux horaires, par une thèmatique : le lien intergénérationnel, le handicap, l’éducation, la lutte contre la précarité, l’environnement, ou directement par le nom d’une association.  

Les actions sont accessibles à tous, elles ne requièrent aucune compétence, ni formation. Et il n’y a aucun engagement sur la durée. 

« À Benenova, on ne propose que des missions ponctuelles, souligne Mathilde Thibaut, « pour lever les freins à l’engagement » de ceux qui se disent : « Je vais devoir le faire toutes les semaines »« L’idée, c’est vraiment de se déculpabiliser, si vous allez le faire une fois dans l’année, en famille, entre amis ou seul, c’est déjà génial », souligne-t-elle. 

Mathilde Thibaut s’appuie sur sa propre expérience et des difficultés qu’elle a rencontrées : « Je faisais beaucoup de bénévolat, mais j’avais beaucoup de freins, j’avais du mal à rentrer dans une asso, à chaque fois, on me demandait de me former, je n’arrivais pas à jongler avec mon agenda, et j’avais vraiment l’intuition qu’il fallait faire quelque chose de ponctuel ».  

Tout est fait pour faciliter l’engagement. L’inscription se fait en quelques clics, jusqu’à un jour avant la mission. Le bénévole n’a qu’à venir sur place et il est pris en charge. Pour « samedi bien », un ambassadeur Benenova accompagne chaque mission de dix personnes, en binôme avec le référent associatif, pour « que tout se passe bien ».

Pour remercier les bénévoles, le collectif a également à cœur de faire de ce temps de partage, un moment festif. Ce 3 février, un buffet sera offert aux bénévoles à « Ma Maison » des Petites Sœurs des Pauvres, aux Chartreux, suivi d’un spectacle participatif, entre 12h30 et 14 heures. Par la suite, chaque « samedi bien » se terminera par un « temps de convivialité » entre midi et 14 heures, autour d’un repas ou d’un pique-nique partagé dans un parc de la ville.

« On est les premiers à se lancer à Marseille, mais l’ambition est nationale, et l’idée c’est que ça existe un jour à Paris, à Lille, à Rennes ou à Nantes, où Benenova est présente et même ailleurs », conclut Mathilde Thibaut. 

>> 70 ans après l’appel de l’Abbé Pierre, France 3 vous propose une édition spéciale « Hiver solidaire » à partir de 18h55. Un dispositif exceptionnel qui commence dans Ici 12/13 sur France3 Provence-Alpes en direct du Hameau de l’Armée du salut à Marseille.  

chantiers-benevoles-al.com est une plateforme d’information qui regroupe des nouvelles publiées sur le web dont le thème central est « Chantiers de bénévoles – Alpes ». chantiers-benevoles-al.com vous a préparé cet article qui traite du sujet « Chantiers de bénévoles – Alpes ». Ce texte a été reproduit de la façon la plus honnête que possible. Vous avez la possibilité d’utiliser les coordonnées présentées sur notre site web dans l’objectif d’indiquer des précisions sur cet article traitant du thème « Chantiers de bénévoles – Alpes ». Restez connecté sur notre site chantiers-benevoles-al.com et nos réseaux sociaux dans le but d’être renseigné des futures annonces.