Pénurie de logements dans le Var: la guerre est ouverte

Près de 240.000 logements vacants ont été recensés en Provence-Alpes-Côte d’Azur par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), en 2020. Leur nombre a augmenté de 45.000 entre 2009 et 2020.

Selon la carte interactive de l’Observatoire des territoires et ses chiffres de 2020, Toulon compte 3.454 logements vacants. Il en annonce 323 à Ollioules, 258 à Signes, 303 à La Crau, 505 au Luc, 2.956 à Draguignan, 487 à Saint-Maximin, 1.500 à Fréjus, 1.425 à Saint-Raphaël, 660 à Puget-sur-Argens, 434 à Vidauban, 803 à Cogolin, 284 à Saint-Tropez, 1.369 sur Brignoles, etc… Pas une commune du Var n’y échappe.

La moitié de ces habitations serait en vacance structurelle, autrement dit non louées pour une longue durée en raison entre autres d’une inéquation de l’offre et de la demande, de leur ancienneté, mais aussi de leur insalubrité ou par choix du propriétaire craignant des loyers impayés ou des dégradations.

Le casse-tête de l’étiquette énergétique

, Pénurie de logements dans le Var: la guerre est ouverte
(photo C.G.).

Ils ne peuvent qu’augmenter à cause du Diagnostic de performance énergétique (DPE), dont les règles qui se durcissent à partir du 1er janvier 2025s’appliqueront aux nouveaux contrats de location, à leur renouvellement ou à leur reconduction tacite.

À tel point que Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique, laisse entendre qu’il va simplifier le DPE et MaPrimeRénov’. Ce ne sont plus les factures des occupants qui seront prises en compte mais les caractéristiques physiques du bâtiment.

Quelles conséquences aura cette nouvelle formule par rapport aux objectifs initiaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de diminution des factures d’énergie devenues exorbitantes avec la crise de l’énergie? Dans le Var, il n’est pas garanti que cela résorbe celle du logement.

Malgré des températures qui de plus en plus souvent vont dépasser les 40°C l’été, malgré les sécheresses qui entraînent des difficultés d’approvisionnement en eau potable, malgré les prix de l’immobilier à l’achat et à la location, malgré la vie chère, le Var figure parmi les dix départements les plus attractifs en France.

Il est en tête au niveau de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Entre 2015 et 2021, la population varoise a augmenté de près de 47.000 administrés, qu’il faut loger.

Des politiques contradictoires

, Pénurie de logements dans le Var: la guerre est ouverte
Pour éviter d’artificialiser des terres, la densification des zones déjà urbanisées fait partie des projections. Par exemple, construire au-dessus des bâtiments commerciaux. Reste à savoir s’il y aura suffisamment d’eau pour plus de population (photo Patrick Blanchard) Photo Patrick Blanchard.

Les terres sont à partager entre les habitants toujours plus nombreux, les touristes, les agriculteurs, les acteurs économiques, les militaires, les infrastructures, les énergies renouvelables mais aussi la faune et la flore afin de maintenir la biodiversité nécessaire à la survie des espèces et de l’Homme.

Les contraintes se télescopent, se contredisent: notamment atteindre l’objectif de « zéro artificialisation nette des sols » en 2050, avec une étape intermédiaire de réduction de moitié de la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers d’ici 2031, tout en ayant l’obligation de construire de nouveaux logements, sociaux ou pas, alors que le nombre de résidences secondaires augmente. 80% d’entre elles sont concentrées sur le littoral. Le Lavandou, la Croix-Valmer, le Rayol-Canadel et Cavalaire en concentrent plus de 50%.

C’est le bug du « en même temps » prôné par Emmanuel Macron. D’autant que les constructions se font sur les terres les plus fertiles, celles qui pourraient servir une plus grande souveraineté alimentaire réclamée par le chef de l’État. C’est le cas par exemple d’Ollioules, qui fait bâtir sur des terrains autrefois cultivés et toujours irrigués par des canaux.

La porte ouverte aux marchands de sommeil

Si la réhabilitation des logements vacants ne peut résoudre tous les problèmes, elle manque d’aides financières suffisamment convaincantes pour motiver les propriétaires à investir dans ce contexte d’urgence. Selon Marc Esponda, directeur général de la Maison départementale de l’habitat, regroupant l’Agence immobilière à vocation sociale Le Toit, Soliha Var et l’Adil 83, « la taxe sur ces logements n’a pas encore eu d’effets ».

Pour Jean-Luc Lieutaud, président de l’Unis Provence-Alpes-Côte-d’Azur, rassemblant des professionnels de l’immobilier « les aides de l’Anah (Agence nationale de l’Habitat), sont insuffisantes. Et c’est un parcours du combattant pour monter les dossiers ».

Et selon Francis Vernède, directeur régional de la fondation Abbé-Pierre, c’est la porte ouverte aux marchands de sommeil dans un département où le taux de pauvreté a été évalué par l’Insee à 15,6% en 2021 et où les prix sont tels que même les ménages modestes ne trouvent pas de toit.

« L’insertion par le logement c’est quelque chose de juste »

Il y a un an, Véronique du Verne a confié la gestion de ses deux appartements à Habitat et humanisme, qui en est devenue locataire. Cette association varoise les sous-loue à des ménages à faibles ressources, tout en assurant un suivi social.

« Nous avions envie de mettre du sens dans nos investissements. L’insertion par le logement est quelque chose de juste », confie Véronique du Verne. Le loyer se situe en dessous du prix du marché, c’est un loyer solidaire. En retour, le couple bénéficie d’avantages fiscaux sur ses revenus fonciers. Une femme seule vit dans un des deux appartements, l’autre est habité par un couple avec un enfant. « Tout se passe très bien. Nous n’avons aucun problème et si cela peut aider quelqu’un, ça a du sens », abonde-t-elle.

Henry Vigneau, DRH retraité, a commencé son engagement au sein d’Habitat et humanisme en lui confiant aussi deux appartements: « Ça a été un choix délibéré avec mon épouse de prendre une partie d’un héritage pour investir dans un T1 et un T2 et aider des personnes à se loger. » Depuis il a tissé des liens avec un des locataires, repris la gestion directe de l’appartement tout en passant par l’agence immobilière à vocation sociale, Le Toit, qui assure un suivi. Cela dure depuis une vingtaine d’années.

L’appel aux propriétaires de biens

À présent Henry Vigneau fait lui-même de l’accompagnement au sein de l’association: « Je suis heureux d’aider les personnes en difficulté. Je les pousse à trouver un emploi, et un toit. » Sa plus grande satisfaction c’est quand elles volent de leurs propres ailes et prennent de ses nouvelles. Habitat et humanisme garantit les loyers, supporte les frais en cas de dégradations. L’association recherche des logements à louer en particulier sur la métropole de Toulon Provence Méditerranée, la communauté de communes Sud Sainte-Baume, et les communes de Draguignan, Fréjus et Saint-Raphaël.

« Notre mission est d’autant plus urgente face à la pénurie de logements accessibles, à la hausse des coûts de construction, à la panne de production de logements sociaux et à l’augmentation des dépenses énergétiques qui deviennent insoutenables pour les personnes fragilisées », explique l’association. Un appel qui peut aider les propriétaires de biens vacants, ou qui vont devoir faire l’objet d’une réhabilitation en particulier énergétique.

« Il y aurait près de 4.900 logements vacants sur la métropole Toulon Provence-Méditerranée, mais impossible de savoir à qui ils appartiennent et de quel type de vacance il s’agit », regrette Daniel Gambet, vice-président bénévole de la structure varoise.

Depuis 2002, l’association a donné une demeure à plus de 180 familles en louant ou en rachetant des biens pour loger les plus démunis.

En partenariat avec le crédit coopératif, elle convie à une réunion sur le thème « La Finance solidaire au service d’un monde plus durable, plus solidaire, plus humain » ce jeudi à partir de 18h à Solliès-Pont à l’Esat Le Gapeau-La Jonquière.

Contact: var@habitat-humanisme.org; 04.94.46.56.99; 6, rue Notre-Dame, 83000 Toulon.

, Pénurie de logements dans le Var: la guerre est ouverte
Henry Vigneau et son épouse ont confié il y a une vingtaine d’années deux appartements à l’association Habitat et Humanisme, pour accueillir des personnes en difficulté. (Photo R. M.).

chantiers-benevoles-al.com est une plateforme d’information qui regroupe des nouvelles publiées sur le web dont le thème central est « Chantiers de bénévoles – Alpes ». chantiers-benevoles-al.com vous a préparé cet article qui traite du sujet « Chantiers de bénévoles – Alpes ». Ce texte a été reproduit de la façon la plus honnête que possible. Vous avez la possibilité d’utiliser les coordonnées présentées sur notre site web dans l’objectif d’indiquer des précisions sur cet article traitant du thème « Chantiers de bénévoles – Alpes ». Restez connecté sur notre site chantiers-benevoles-al.com et nos réseaux sociaux dans le but d’être renseigné des futures annonces.