Sillé-le-Guillaume. Le Saut du Cerf bientôt privatisé pour un futur parc à thème inédit

, Sillé-le-Guillaume. Le Saut du Cerf bientôt privatisé pour un futur parc à thème inédit
Voir mon actu

Un projet invraisemblable au Saut du Cerf, proche de Sillé-le-Guillaume (Sarthe), est en pourparlers depuis quelques semaines.

Après plusieurs tentatives, nous avons donc pu nous entretenir à distance avec les promoteurs d’un projet touristique ambitieux qui pourrait donner un réel coup de boost à l’économie locale.

Les Alpes Mancelles : avant de parler de votre projet, pouvez-vous vous présenter pour nos lecteurs : vos origines, vos parcours et vos passions.

Les promoteurs : Je me nomme Pierre Haffeux, je suis originaire du Quercy. J’étais à l’école à Marcilhac-sur-Célé, je suis allé au lycée à Figeac et j’ai ensuite fait des études en archéologie à l’Université de Toulouse. Je suis passionné par Jules Verne, les films fantastiques tels que King-Kong de 1933 et celui de Peter Jackson, l’univers du seigneur des anneaux, la guerre du feu de Jean-Jacques Annaud ou encore les Indiana Jones.

Mon associé se nomme Vincent Thurion. Nous sommes tous deux amis d’enfance. Nous avons fréquenté la même école, le même lycée. Il a fait les Grandes Écoles de Commerce à Toulouse. Il est passionné par Astérix, l’histoire gallo-romaine et côté cinéma adore les péplums américains tels que Quo-Vadis ou Ben-Hur.

Un parc autour des dinosaures

Que faites-vous ?

Vincent Thurion : Nous résidons tous les deux dans le Quercy malgré nos obligations professionnelles. Nous sommes attachés à notre terre natale et à la ruralité. Aujourd’hui Pierre et moi sommes actionnaires de nombreuses activités dans le secteur du tourisme : restaurants, hôtels, parcs de loisirs qui ont tous un point commun : la Préhistoire et l’Antiquité. Nous sommes dynamiques, adorons barouder. Bref, fossiliser dans un lieu ad vitam aeternam ce n’est pas notre philosophie de vie !

Pierre Haffeux : Comme l’a dit Vincent, nous sommes attachés à notre territoire qui a la particularité d’être un Géoparc UNESCO. Et comme nous souhaitons apporter notre pierre à l’édifice, n’y voyez pas de jeu de mots (rires), nous aidons le parc des Grands Causses du Quercy à maintenir l’excellence et apportons une aide bénévole au musée Amédée Lemozi centre de Préhistoire du Quercy.

Quel est votre projet ?

VT et PH : Nous avons pour ambition de créer un nouveau parc autour des dinosaures, de la préhistoire et des gallo-romains. Pour ce faire nous prospectons en France pour trouver LE lieu adéquat ! Nous souhaitons également être à moins de 3h de Paris.

Vidéos : en ce moment sur Actu

« Un endroit idéal »

Mais pourquoi Sillé-le-Guillaume ?

VT et PH : En septembre 2023 nous avons eu la confirmation que le Parc Naturel Régional Normandie-Maine était labélisé Géoparc UNESCO. On a aussi trouvé l’idée des tablettes de chocolats avec les fossiles initiée par le Parc Normandie-Maine excellente ! Dès lors nous avons fouillé puis prospecté deux secteurs en Sarthe dès octobre 2023 : Saint-Léonard-des-Bois et la forêt de Sillé-le-Guillaume. Saint-Léonard-des-Bois c’est juste magique, mais nous n’arrivions pas à trouver le lieu qui convienne et surtout la surface nécessaire. Pourtant c’était bien situé à deux pas d’Alençon avec la gare et l’autoroute.

Puis nous avons prospecté en forêt de Sillé. Nous sommes tombés sous le charme de cette petite vallée des rochers de Rochebrune et surtout du saut du Serf. Nous savions aussi qu’il y avait de l’habitat gallo-romain à proximité. Sillé-le-Guillaume est également bien desservi avec la gare et deux autoroutes à moins de 30 minutes. Et puis il y a à proximité le lac que vous appelez Coco plage et on adore ce nom ! Enfin, pas très loin non plus il y a les Grottes de Saulges et Jublains. Bref tout nous convient ici !

La forêt de Sillé appartient à l’ONF. Comment comptez-vous faire ?

VT et PH : C’est effectivement un point essentiel et nous espérons ne pas tomber sur un os avec l’ONF. Mais nous avons bon espoir. L’idée est d’avoir une concession longue durée avec l’ONF souligne Emma Vauquat juriste et urbaniste.

Privatisation du site

Vous pouvez préciser ?

Emma Vauquat : Il n’est pas question d’acheter cette partie de la forêt. Nous voudrions le même montage juridique que pour le site du lac à savoir une concession. Nous serions donc locataires. Il faudra aussi se mettre en accord avec les deux documents d’urbanisme qui concerne ce secteur à savoir le PLUI de la communauté de communes Haute-Sarthe-Alpes-Mancelles et celui de la Communauté de Communes de la Champagne Conlinoise et du Pays de Sillé. Il nous faudra aussi poursuivre les échanges avec les élus au tourisme et à l’économie de ces deux secteurs.

En rouge, la zone du parc.
En rouge, la zone du parc. ©DR.

Est-ce que cela veut dire que l’on pourra continuer à se balader au saut du Serf ?

VT et PH : Malheureusement non. L’intégralité de la surface nécessaire, à savoir 3km², sera clôturée. C’est un projet économique et comme tout parc il faudra s’acquitter d’un droit d’entrée. Nous savons déjà que dans notre politique tarifaire il y aura des tarifs avantageux pour tous les habitants des deux communautés de communes avec des pass annuels. Il est bien évident qu’il n’y aura plus de chasse sur ce secteur. Les animaux pourront déambuler librement dans le parc. Pour réguler, nous ferons appel à des spécialistes pour endormir les animaux et les replacer dans des secteurs en sous-effectif en France.

Des dinosaures de tailles réelles

Parlons maintenant du parc. Quel est votre projet précisément ?

VT et PH : Comme nous l’avons indiqué le parc tournera autour de deux grands thèmes : la préhistoire et l’antiquité. Pour la partie dinosaures, nous travaillons avec Dimitri Cératopse. Ces références sont impressionnantes : Dinosaur National Monument état de Utah et le Jurassik Park Discovery Center état de Floride, le Dino Park à Münchehagen en Allemagne, Jurassic Land à Istanbul en Turquie, Musée des dinosaures et préhistoire à Mèze en France. T

ous les dinosaures seront en taille réelle et certains sonorisés ! Et pour éviter toute erreur d’interprétation, nous sommes en plus conseillé par l’éminent spécialiste américain Allan Grant. Sur le volet gallo-romain, ce sera Moira Bibracte qui est écossaise. Elle est spécialiste du monde Romain et a fait ses études d’histoire Romaine à Strasbourg. En Écosse elle habitait non loin du Mur d’Hadrien. C’est de là que lui vient cette passion…

Qui dit parc dit infrastructures. N’allez-vous pas détruire et bétonner notre forêt ?

VT et PH : Justement, non. Il n’y aura aucune installation en dur dans le parc. Pour l’électricité nous allons faire appel au savoir-faire de la société londonienne Solar Botanic Tree pour permettre d’avoir ici et là des points d’électricité pour l’ambiance sonore. Les téléphones portables seront interdits dans l’enceinte du parc. En cas de problème les visiteurs auront des cornes de bison. Concernant la restauration nous voulons une immersion totale. Il n’y aura donc que des fruits et légumes crus à manger sur place.

Tout viendra des producteurs situés autour de la forêt de Sillé. Dans le parc il y aura des toilettes sèches. Pour les parkings nous ferons en sorte de privilégier le système de navettes entre Sillé-le-Guillaume et Montreuil-le-Chétif. Il y aura des navettes toutes les 15 minutes. Enfin, le parc aura un système de jauges pour éviter la sur-fréquentation. Les infrastructures en dur seront en lisières de forêts dans les hameaux proches là où électricité et eau arrivent. Notre objectif est simple : si le parc devait disparaître, ce que nous ne souhaitons pas, il redeviendra naturel et sans béton en forêt.

Rendez-vous en 2025

Vous savez déjà ce qu’il y aura dans le parc ?

VT et PH : Tout à fait ! Il y aura un programme d’investissement pluriannuel permettant d’avoir plusieurs univers dans le parc : les petits dinosaures, les géants herbivores et carnivores, dans la vallée au pied du saut du Cerf ce sera la vallée de l’Homme, au sud du parc non loin du site archéologique de Roullée ce sera l’espace gallo-romain. Côté loisirs, les visiteurs pourront découvrir le parc en gyropodes, 4×4 électriques, parcours dans les arbres ou encore un belvédère au saut du cerf comme celui qui existe déjà en à Bad Wildbad en Forêt Noire en Allemagne ! Nous aimerions aussi mettre un dinosaure aquatique au lac pour assurer la promotion du parc et renforcer l’attrait du lac. Ce serait le Coc’Ness local !

Y aura-t-il une offre d’hébergement ?

VT et PH : Oui ! il y aura des paléos-lodges pour un retour à la vie sauvage. Les huttes seront en peau de bêtes. Des peaux seront fournies aux clients. Il n’y aura aucun moyen de chauffer des plats pour des questions d’incendie en forêt, mais il y aura la fourniture d’un panier-repas basé sur des fruits et légumes crus et viande crue pour les amateurs de viande. Pas de couverts non plus, mais des silex pour couper. Le concept est en vogue !

Une date d’ouverture ?

VT et PH : Nous voudrions ouvrir en 2025 pour les 35 ans du roman Jurassic Park qui a inspiré le film de Spielberg.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias favoris en vous inscrivant à Mon Actu.

chantiers-benevoles-al.com est une plateforme d’information qui regroupe des nouvelles publiées sur le web dont le thème central est « Chantiers de bénévoles – Alpes ». chantiers-benevoles-al.com vous a préparé cet article qui traite du sujet « Chantiers de bénévoles – Alpes ». Ce texte a été reproduit de la façon la plus honnête que possible. Vous avez la possibilité d’utiliser les coordonnées présentées sur notre site web dans l’objectif d’indiquer des précisions sur cet article traitant du thème « Chantiers de bénévoles – Alpes ». Restez connecté sur notre site chantiers-benevoles-al.com et nos réseaux sociaux dans le but d’être renseigné des futures annonces.