Le projet

L’association Alpes de Lumière est chef de file d'un projet ERASMUS +

Depuis le début des années 2000, Alpes de Lumière  a accumulé un savoir-faire  en matière de montage de projets européens et une expertise technique importante.  Ces projets ont été l’occasion d’échanger avec  différents pays partenaires (Italie, Espagne, Portugal, Hongrie, Slovaquie, Chypre, Ecosse etc) qui, comme nous, contribuent à la valorisation de leur patrimoine bâti et paysager, dans des domaines d’intervention comme la connaissance, la transmission, la restauration, la formation, le développement local etc...

Nous avons ainsi réalisé une douzaine de projets autour de la valorisation du patrimoine et la mise en valeur du paysage à travers des actions d’animations, d’événements culturels et la mise en place de formations professionnelles autour des métiers du patrimoine.

 

Aujourd’hui, nous avons été sélectionnés dans le cadre du programme ERASMUS + pour un projet de coopération en matière d'innovation et d'échange de bonnes pratiques : savoirs d'hier, savoir-faire de demain.

Ce projet se fait en partenariat avec la Slovaquie, l'Ecosse, l'Espagne, la Grèce, et la Corse, sur une durée de 24 mois

 

 

 

Le projet « Ecomanagement », dans une perspective de développement durable, d’actions citoyennes et intergénérationnelles, vise à transmettre aux jeunes générations, les connaissances et savoir-faire des anciens en termes d’aménagement d’un territoire de proximité, ainsi que la manière qu’ils avaient de prendre en compte l’impact environnemental de leur présence et de leurs activités.

Pour ce faire, un travail de mises en relation sera fait entre d’une part, les séniors détenteurs de ces connaissances et d’autre part, des jeunes citoyens en difficulté ou éloignés de l’emploi. 

 

Ainsi, sur chacun des territoires partenaires, sera mené :

-        Une collecte des bonnes pratiques visant un aménagement durable

-        Une sensibilisation/éducation à l’environnement lors d’une enquête ethnologique de terrain

-        Un enseignement des techniques et de savoir-faire ancestraux : formation/action

 

Cette capitalisation des connaissances et des techniques au  niveau européen permettra non seulement de réunir jeunes et moins jeunes autour d’un même projet ; la protection, l’aménagement et la valorisation d’espaces communs, mais également de traduire cet héritage en outils utiles, utilisables et utilisés par tous, tout en responsabilisant les jeunes participants et en leur donnant quelques clés

pour trouver un emploi. En effet, les formations/actions, outre leur objectif de transmission de connaissances, permettront l’acquisition de compétences sociales et civiques, tel que le travail en réseau, en groupe, avec d’autres acteurs, locaux et européens, l’apprentissage de la mobilité et la découvertes de nouveaux horizons.

 

Enfin, le projet se propose à travers ces actions de formaliser un dialogue constructif et pérenne entre les pouvoirs publics et des acteurs organisés de la société civile autour de la problématique de la valorisation du patrimoine, ainsi qu’une mise en réseau à l’échelle européenne.

 

Toutes les productions seront mises en ligne gratuitement sur la plateforme interactive « ecomanagers citoyens », élaborée pour le projet. Cette plateforme réunira aussi la communauté virtuelle des utilisateurs et bénéficiaires du projet


Les résultats des expérimentations

 

 

 

-> Le 2 mars, les participants ont pu découvrir la pratique de la pierre sèche

Le détenteur de savoir, Laurent Doyer, les a initiés toute la journée pour leur plus grand plaisir. 

 


 

 

 

 

-> Le 25 mars 2019, Sabrina Da Conceiçao a sensibilisé les participants au principe du guidage. 

C'est tout au long d'une balade que les jeunes ont pu découvrir et s'essayer au guidage. 

 


 

 

 

 

-> Ce 26 avril, nous avons mis en place un nouvel atelier : la forge.
Les jeunes ont pu s'essayer au maniement du marteau et de l'enclume en forgeant des coquetiers. 

Merci à Eric Chopin pour nous avoir accueilli.

 


 

 

 

 

-> Le 10 mai, Pierre Caron, déjà présent sur les enquêtes ethnologiques dans le cadre du O3, a cette fois fait faire aux jeunes du tirage de moulure.